Toiture végétalisée, une mauvaise couverture par l’assurance

Les toitures végétalisés sont à la mode et peuvent être un véritable bienfait pour un logement. Toutefois, si celles-ci présentent de réelles avantages, elles possèdent aussi leurs soucis, notamment en ce qui concerne les défauts et l’assurance habitation.

Les toits verts à la mode

Ces toits sont de plus en plus à la mode et permettent de nombreux avantages.  Ceux-ci sont en fait une couche végétal qui vient s’apposer sur une toiture déjà existante pour les toits plats ou en légère pente. Ainsi, le toit est composé d’un substrat planté de végétaux, principalement des plantes avec de petites racines et qui sont très résistantes. Le logement bénéficie dès lors d’une meilleure réaction aux chocs thermiques, que ce soit en hiver ou en été, d’une étanchéité à l’eau et à l’air optimisée et d’une meilleure gestion des eaux pluviales. De plus, cela préserve la biodiversité avec un toit qui se régule de lui-même sans que l’on ait besoin de s’en occuper, l’arrosage étant réalisé grâce à la pluie.

Toutefois, si on voit comme cela de nombreux avantages, reste tout de même que le toit peut aussi ne pas fonctionner. Ainsi, si celui-ci pousse mal ou qu’il ne remplit pas son rôle, les problèmes peuvent subvenir à ce moment là.

Un élément esthétique et indispensable

Effectivement, si c’est naturel, que c’est à la mode et que ça permet d’en tirer des bénéfices, la loi ne voit pas pour autant le toit végétalisé comme quelque chose d’indispensable. La cour de cassation a ainsi déclaré que ces installation étaient considérées comme esthétiques et qu’elles n’étaient pas un élément indispensable à la construction.

Dès lors, en cas de problème, l’indemnisation auprès des assurances devient clairement problématiques et risque d’être quasiment nulle. Il est donc indispensable de consulter un professionnel pour en savoir plus et s’assurer que tout sera mis en oeuvre correctement pour s’assurer de la réussite avant de se lancer dans les travaux nécessaires à la mise en place d’un toit vert. Mieux vaut prévenir que guérir comme on dit !